Pour mes 50 ans, mon cher et tendre m'a offert une semaine en Lombadie. Mais pourquoi donc la Lombardie ? 

Il se trouve que mon grand-père maternel était originaire d'un petit village perdu au fin fond d'une vallée lombarde, la Val Brembana. D'origine très modeste, il n'a jamais parlé italien avec ses enfants : dans les années d'après-guerre, le peuple de Mussolini n'était pas bien vu par les Français. Ma mère, mon oncle et ma tante, français nés de père italien, ont souffert à l'école de discrimination et avaient plutôt honte de leurs origines. Mon grand-père a tout fait pour s'intégrer en apprenant la langue française qu'il parlait très bien avec un délicieux accent italien. Lorsque j'ai eu l'occasion d'apprendre une troisième langue (après l'Anglais et l'Allemand), je me suis tout naturellement tournée vers l'Italien.

Il y a une dizaine d'années, ma tante est retournée en camping-car dans ce village prénommé Carona, où elle avait séjourné quand elle avait 13 ans et dans lequel mon grand-père, émigré depuis l'âge de 20 ans en France avec deux de ses frères, essayait de retourner régulièrement, afin de voir sa famille. Elle y a retrouvé un cousin germain (aujourd'hui décédé) et des cousines germaines qui ont une auberge familiale, Ristorante Hotel Corona à Branzi, un village en contrebas.

Suite au "pelerinage" unique effectué par ma tante qui ne parle pas un mot d'Italien et qui avait retrouvé des membres de la famille grâce à sa mémoire de l'endroit, vieille de près de 60 ans, j'ai eu moi aussi envie de renouer avec mes racines. Le cousin de Carona étant décédé, nous avons décidé l'année dernière d'aller quelques jours en demi-pension dans l'auberge des cousines (les trois filles d'un neveu de mon grand-père), une photo de ma tante à la main et mes rudiments d'Italien pour tenter d'expliquer qui j'étais. Nous y sommes restés quelques jours et avons fait quelques excursions aux alentours (Bergame, les Thermes de San Pellegrino, une radonnée dans les montagnes). Nous avons vu la maison familiale de mon grand-père, hélas à l'état d'abandon (actuellement la proprieté de la maison de retraite où s'est éteint le cousin célibataire). Pour ceux que ça intéresse, je parle de ce voyage dans ces articles

Je suis repartie avec un pincement au coeur: il n'y avait plus personne de la famille dans le village de mon grand-père (dans lequel nous ne sommes restés qu'une demi-journée) et j'étais plutôt une étrangère pour les cousines qui n'ont pas connu mon grand-père, même si elles m'ont bien accueillie (en particulier l'ainée, Emanuella avec qui je garde le contact). 

Tout ce long discours pour expliquer notre nouveau voyage en Lombardie fin août : cette fois-ci, nous allions passer une semaine complète à Carona-même, grâce à des personnes de Milan qui étaient les seules à louer un appartement Airbnb dans ce petit village. 

carona 2018 3

carona20181

carona 2018 2

carona2018