Depuis un certain temps (des années en fait), mes cartes postales s'amoncelaient sur les portes vitrées de mon meuble de cuisine. C'était devenu un sacré fouillis. J'aurais pu m'en débarrasser mais d'une part, je les ai reçues de personnes que j'aime bien et d'autre part je me plais à imaginer le parcours qu'elles ont effectué pour parvenir jusqu'à moi. 

J'ai dans la cuisine un pan de mur recouvert de lambris plutôt tristounet (qui masque en fait une ancienne porte). Il me restait de la ficelle de jute de mon dernier macramé. Je me suis dit qu'au bazard du coin, il devait bien y avoir des petites pinces à linge en bois et que mon cher et tendre pouvait me fournir un marteau et des petits clous de son bazard au fond du jardin et voilà le travail !

34963105_10214746352965307_8650854541270450176_n