Pendant les vacances de Pâques, je suis allée quelques jours en Italie, plus précisément en Lombardie, au fond de la Val Brembana, dans la province de Bergame. Mon grand-père maternel est né là-bas un jour de septembre 1908 dans le petit village de Carona et, à vingt ans, il a tenté l'aventure en France avec deux de ses frères pendant que ses deux soeurs et son plus jeune frère restaient au Pays. Après avoir fui l'enfer des mines du Nord, il a exercé le métier de bûcheron en Haute-Savoie, lui qui venait des Alpes bergamasques, puis s'est finalement installé, avec ma grand-mère et leurs quatre enfants, sur les rives du Lac du Bourget en Savoie, vivant chichement d'un revenu de garde-barrière tout en s'occupant de son lopin de terre et de ses quelques vaches. Ses enfants sont allés une seule fois dans leur enfance à la rencontre de leur famille italienne et même si mon grand-père retournait régulièrement dans son village natal, il ne leur a jamais parlé italien. Quel dommage...

Il y a sept ans, une de mes tantes (qui avait séjourné là-bas à l'adolescence un peu plus longtemps que ses frères et soeurs, afin d'aider une de ses tantes) a décidé d'y retourner en camping-car pour retrouver le village paternel. Elle a renoué avec un cousin germain (décédé malheureusement depuis) et a retrouvé la femme et les filles (de ma génération) d'un autre cousin germain qui tiennent une auberge à Branzi, un village à 2 km de Carona. Cela m'a donné envie d'y aller un jour à mon tour, d'autant plus que j'ai eu l'occasion d'apprendre l'Italien à la fac et que l'obstacle de la langue était moindre pour moi.

C'est seulement cette année que cette envie a pu être assouvie, même si j'étais une parfaite inconnue pour ces lointaines cousines italiennes. Nous avons donc parcouru près de 700 km et avons traversé la Ligurie et le Piemont après avoir longé la Côte d'Azur. 

carte italie

menton

A l'aller, pause pique-nique sous un beau soleil entre Menton (en haut) et la frontière italienne (en bas)

frontière